En résumé, les contrats heures pleines / heures creuses sont régulièrement dénoncés car ils coûtent (très) souvent plus cher que le contrat de base. De plus, la promesse écologique de ces contrats n’est pas non plus garantie, puisqu’ils peuvent inciter à consommer lorsque l’électricité a le plus d’impact sur le climat. L’urgence climatique et la crise énergétique nous imposent de réduire notre consommation avec la sobriété, de réduire notre facture d'énergie avec le contrat le plus adapté, et de consommer l'électricité lorsqu'elle a moins d'impact écologique.

Ce type de contrat est très répandu dans le monde ('off-peak' tarrif en anglais). Cette étude est réalisée en France continentale, mais ses conclusions peuvent s'étendre à d'autres zones, en Europe ou en Outre-Mer par exemple.

Pourquoi les heures pleines / heures creuses existent ?

A l’inverse d’un contrat “base”, avec lequel le consommateur paye l’électricité le même prix toutes les heures de l’année, le contrat heures pleines / heures creuses (HP/HC) détermine des plages horaires pendant lesquelles le prix de l’électricité varie. En général, l’électricité est plus chère que le tarif de base pendant les heures pleines, et moins chère que le tarif de base pendant les heures creuses.

L’intérêt de ce type de contrat, créé en 1960 en France, est qu’il incite financièrement les consommateurs d’électricité à décaler une partie de leurs consommations pendant les heures creuses, ce qui permet de réduire la consommation nationale pendant les heures de pointe. Selon certains fournisseurs d’électricité, comme TotalEnergies, ce type de contrat permet aussi de “réduire les impacts de CO2”.

Quelle est l'arnaque économique des heures creuses ?

En théorie, les heures sont "supposées" faire économiser de l’argent aux consommateurs d’électricité. L’équation économique dépend de deux paramètres principaux :

  1. Quel sont les écarts de prix entre les tarifs HP/HC et le prix de base (que ce soit la part fixe ‘abonnement’ et la part variable ‘consommation’) ? Ces différences évoluent régulièrement selon les mises à jour des contrats d’électricité qui sont encadrés par les autorités publiques (via les tarifs réglementés).
  2. Quelle est la part de l’électricité consommée que le foyer peut réellement décaler pendant les heures creuses ? Un foyer avec des équipements électriques pilotables, comme une pompe à chaleur, un ballon d’eau chaude ou une voiture électrique sont plus susceptibles de réaliser des économies en pilotant certaines consommations.

Selon ces deux paramètres, les heures creuses peuvent faire gagner ou perdre de l’argent aux consommateurs, malgré les efforts fournis ! Il y a donc un choix économique à faire pour chaque consommateur.

En 2018, environ 45% des ménages français avaient l'option heures pleines heures creuses (il s’agit principalement des gros consommateurs). L’association 60 millions de consommateurs, qui tire la sonnette d'alarme depuis 2009, a estimé en 2018 que 85% d’entre eux payaient plus cher que s’ils étaient passé au tarif de base.

Le montant des pertes se chiffre en quelques dizaines à quelques centaines d'euros par an et par foyer. A l'heure où de plus en plus de ménages ont du mal à se chauffer l'hiver, c'est dommage...

Heureusement, de très nombreuses sociétés indépendantes des fournisseurs d'électricité se sont positionnées sur la “chasse aux contrats heures creuses” pour aider les ménages avec ces contrats à faire le calcul de rentabilité de ces offres, et les autorités publiques ont créé un outil pour aider les ménages à évaluer la rentabilité des heures creuses (voir à la fin de l'article).

Quel est le problème soulevé cet été par les adapters ?

De nombreux adapters nous ont fait part de leurs interrogations sur notre météo de l’électricité cet été. En effet, certains jours, nos prévisions peuvent parfois inviter nos utilisateurs à décaler leurs consommations d’électricité de la nuit vers le milieu de la journée.

Concrètement, le signal pour la France continentale était souvent “très peu carboné” (c’est à dire très favorable pour le climat) sur l’heure du déjeuner entre midi et 14 heures.

Certains adapters, habitués aux contrats heures pleines / heures creuses, nous ont fait part de leur étonnement, car ils pensaient que le meilleur moment pour consommer de l’électricité était par défaut la nuit.

Analyse de l'impact écologique moyen des heures creuses en été

Pour répondre à nos utilisateurs, nous avons calculé la moyenne de l’intensité carbone de l’électricité (impact écologique sur le climat) cet été selon l’heure de la journée, pour un contrat heures pleines / heures creuses d’un consommateur d’électricité habitant à Paris (les plages horaires varient selon la ville, mais elles sont en général concentrées la nuit).

Le résultat est clair : les heures creuses ont en moyenne plus d'impact écologique que les heures pleines l'été (56 versus 50 gCO2eq/kWh). Si on compare les heures creuses de Paris avec le créneau du déjeuner, l’écart est encore plus important (l’intensité carbone moyenne entre midi et deux heures est d’environ 44 gCO2eq/kWh).

Ce résultat s’explique par le fait que le soleil atteint son zénith à cet instant, et que la production d’électricité solaire en France est à son maximum (quasiment 5 GW vers 13 heures en moyenne).

Définir de façon statique une heure de la journée pour toute l’année n’est pas le meilleur moyen pour prédire l’intensité carbone de l’électricité

Il est trop simple de demander de consommer à une heure fixe tous les jours de l’année, en l’occurrence pendant une “heure creuse”. En effet, l’intensité carbone varie très fortement d’une heure à l’autre et d’un jour à l’autre (cf le graphe ci-dessous, on peut facilement perdre 25 g de CO2e par kilowattheure en quelques heures). 

L’intensité carbone dépend de très nombreux paramètres qui changent au fil des heures (température extérieure, ensoleillement, vent, pluviométrie, etc.), des jours (travaillé ou non) ou des conditions météo saisonières (à considérer que les 4 saisons bien définies que connaissaient nos parents survivent au changement climatique…).

Nos recommandations pour baisser votre facture et votre empreinte carbone

Pour réduire votre facture d’énergie, la première étape est de réduire votre consommation grâce à la sobriété énergétique. Pour cela, on vous invite à consulter nos vidéos et à poser vos questions !

Ensuite, la rentabilité économique des heures creuses dépend surtout de votre consommation d’électricité (chauffage électrique ? voiture électrique ?). Pour résumer, nous avons fait un schéma.

Pour faire le calcul de rentabilité des heures creuses, rendez-vous sur la calculette du site du médiateur de l’énergie dédié.

Enfin, pour prévoir l’intensité carbone de l’électricité, rdv sur notre outil web ou téléchargez notre app android.

Annexe - méthodologie et sources

L’inconvénient de l’intensité carbone de la production d’électricité calculée par RTE est qu’elle ne prend pas en compte les imports. Or, le système électrique français est fortement sous tensions depuis plusieurs mois et importe plus que d’habitude de l’électricité marginale de nos voisins, qui est le plus souvent produite à partir d’énergies fossiles comme le gaz ou le charbon. Une étude d'approfondissement pourrait prendre en compte ces imports.

Sources : sites web consultés en août 2022